dimanche 6 juin 2010

certains placards sont vides




' la souffrance ne quittait son âme que pour y revenir et, à force de se confier sans cesse à elle même et de s'analyser, elle finissait par sombrer dans une fatigue pesante et dans une indolence sans espoir, ne cherchant plus à lutter contre le sort et les puissances mystérieuses '

1 commentaire:

kid a dit…

/honneur/

celle-ci aussi est fantastique.