mercredi 30 décembre 2009

' s'il est laid je m'en vais '







'.Rien ?
.Rien
.Rien, rien ?
.Absolument rien. positivement rien. D'ailleurs depuis que je suis arrivé je n'ai rien fait. Je fais même de moins en moins. Je veux en arriver au rien absolu.
.C'est très difficile. Il faut une application et un soin énorme.
.Tandis que moi ça me vient naturellement. C'est ma pente.
.Oui, mais suivre sa nature c'est plus éreintant que de la contrer, d'ailleurs tu ne fais pas rien, tu lis.
.Mais si je ne lisais pas je penserais, et penser, au fond, c'est la chose la plus pénible et la plus accaparante qui soit. je crois qu'on pense toujours trop. L'important c'est pas de penser mais de participer. Un bouquin ça me fais penser dans une certaine direction qu'est celle du bouquin. Ce que je ne veux pas c'est penser dans ma direction à moi. Je veux me laisser mener, je veux faire comme l'arabe: dans la rue il ressent la rue, tandis que nous on pense au but. C'est l'arabe qui a dit: " un, c'est le premier chiffre du nombre qui ne se termine jamais ".
.Une idée c'est un flash. On a que trois ou quatre idées dans sa vie. Les gens qui pensent toujours ça n'existe pas. Regarde les montres molles par exemple.
.Oui, c'est ça, je ne cherche rien. Si je trouve un bouquin je le lis, si je tombe sur Rousseau, je lis Rousseau, mais je pourrais tout aussi bien lire Don Quichotte. '

5 commentaires:

Orpheo-oh a dit…

Ce film est superbe.
C'est un commentaire qui n'avance à rien en soi mais puisque c'est rarement le cas je voulais juste exprimer mon ressentit face à ces images.

Bonne journée

mimi sioux a dit…

wish i spoke french too...

Antoine Nicol a dit…

Never for ever est l'album qui a vraiment un univers. C'est plaisant.
Au passage, j'aime beaucoup cet article le texte est très beau.

clotilde boisrenard a dit…

c'est un dialogue dans la collectionneuse d'eric rohmer.

Je l'écouterai, merci.

HYACINTHE a dit…

rien, c'est un mot doux.